souscription au livre de Batistin artiste peintre

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour, il me faut pour séduire mon sponsor tenter tout d'abord de vous convaincre! Allez sur http://batistin.com et cliquez sur le livre en bas au milieu de la page d'accueil. Merci à vous.

0 appréciations
Hors-ligne

4 appréciations
Hors-ligne
Batistin, reservation faite pour ma part...
-La rancune n'est que la preuve de la faiblesse ( Jiang zilong)

-C'est bêtise de déprécier son ennemi avant le combat, et bassesse de l'amoindrir après la victoire ( Goethe)

0 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Batistin

Réservation faite aussi pour moi !!!!

Bonne chance
La lune blanche
Luit dans les bois
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée...


0 appréciations
Hors-ligne
Et bien merci à vous !
Et puis, un petit texte sur le marché de l'art:
Bonjour ou, comme disait le vieil épicier de mon enfance,
Bon Jour. Expression savante qu'il lançait aussi quand l'on sortait de sa boutique !...
La boutique du village ! Épicerie, quincaillerie, bois de chauffage, bouteilles de gaz, tranches de jambon et tomates, fil à coudre et boutons... et... bonbons !
J'y ai appris le savant exercice du commerce.
Les bonbons étaient placés près de l'entrée.
En entrouvrant délicatement la porte, sans en faire tintinnabuler la clochette de laiton, il était possible, ce que mes camarades et moi ne manquions pas de faire plusieurs fois par semaine, de chaparder sans réveiller le vieux. Que de bonbons volés !
La mauvaise conscience qui accompagnait nos sourires hypocrites quand la mère nous envoyait acheter le pain,
souffrait doublement du regard perçant et amusé de l'épicier... Savait-il ou ne savait-il pas ?
J'ai définitivement arrêté mes larcins un soir de Noël.
À la messe de minuit, quand monsieur le curé nous engagea à embrasser notre voisin, me voilà tout à coup soulevé de terre par le vieux à coté de qui je me trouvais. Il m'embrassa certes, mais en lançant d'une voix sourde; " je ne t'en veux pas pour les bonbons !!"...
J'appris plus tard, beaucoup plus tard, qu'il rajoutait sur les notes d'épicerie de nos mères, quelques centimes sur les tomates, d'autres sur les patates, et un franc sur le cirage. Ni vu, ni connu, les bonbons étaient payés !!!
Voilà ce que nous appellerions aujourd'hui du "marketing".
Je ne suis pas devenu marchand de clous ou de radis, je suis artiste peintre.
Le marché de l'art a ceci de particulier, comme tout le monde le sait, c'est que l'artiste n'est pas rémunéré ni au temps de travail, ni selon un cahier des charges. Il s'agit ici de cotation.
Et de relations. Monsieur Mitterrand, en son temps, lors d'une visite officielle à la FIAC de Paris, ayant fait une halte non prévue, pour satisfaire à une démangeaison qui lui tarabustait le pied, a fait monter la cote d'un artiste de quelques milliers de francs. En moins de deux minutes. Gardes du corps et journalistes surpris, la foule des suivants qui se carambole, une photo publiée le lendemain où l'on dirait le prince (Dieu) en contemplation devant une sculpture, et hop ! Cent mille francs de cote supplémentaire... Le marché de l'art a ceci de merveilleux, c'est que ses limites sont à l'horizon...
Toutefois, et en hommage à mon épicier, je décide aujourd'hui de proposer à tout amateur de ma peinture ceci: ouvrez donc doucement ma porte, volez moi un tableau, et de bon coeur, je dormirai au fond de l'atelier. Servez-vous !
À condition toutefois que votre chère maman vienne ensuite, et rapidement m'en acheter deux, au prix cotation, s'entend.
Batistin


0 appréciations
Hors-ligne
C'est fou comme tout ce que vous dites est tellement réaliste ! quelque part, cela me rappelle aussi mon enfance....nostalgie quand tu nous tiens.....
La lune blanche
Luit dans les bois
De chaque branche
Part une voix
Sous la ramée...


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 56 autres membres